L’être en mots : s’estimer

estime de soi et la sophrologie

Estime de soi, avoir une bonne estime de soi, : — Avoir une bonne opinion de soi-même
— Se croire, se considérer comme : S’estimer satisfait.

S’estimer et être confiant : une différence

S’estimer

L’estime de soi est la relation qui nous lie avec nous-même. Plus nous nous sentons important à nos yeux, plus nous serons en capacité de faire des choix harmonieux avec qui nous sommes. On cherche souvent à être estimer par les autres, mais il est important de s’estimer soi-même avant tout. Avoir de l’estime de soi c’est s’aimer de façon inconditionnelle, c’est se concentrer sur qui nous sommes et non sur ce que l’on fait. C’est donc quelque chose de très personnel. Personne ne peut nous apporter cette estime de nous-même, si ce n’est nous.

La confiance en soi

Être confiant envers soi c’est avoir ce sentiment que l’on peut se fier à soi pour faire des choix, réussir sa vie. La confiance en soi permet d’agir. On peut avoir confiance en soi dans certains domaines et pas dans d’autres. Comme l’estime de soi, la confiance en soi s’acquiert, elle peut baisser et augmenter selon ses actions, ses compétences. Dans la confiance en soi, l’action est primordiale. En effet, il faut oser, prendre des risques, s’entourer de personnes qui vont venir alimenter cette confiance en nous. Dans cette notion, les autres peuvent interagir avec cette sensation de confiance en soi.

S’estimer : une construction tout au long de la vie

L’estime de soi est quelque chose qui se construit chaque jour de notre vie. Loin d’être un simple cadeau acquis, s’estimer nécessite d’être alimenter, entretenu au fils des années. En effet, l’estime de soi correspond à la relation que l’on a avec notre être intérieur, avec nous-même. Alors autant dire que chacun d’entre nous a vécu des jours où sans s’estimer. L’estime de soi n’est jamais inscrit définitivement dans nos vies. Elle se développe autant vers le haut que vers le bas en fonction de nos expériences de vie, du recul que nous avons sur les choses.

L’estime de soi : trois composantes

L’estime de soi est alimentée par trois composantes :

  • une composante comportementale : l’estime de soi joue beaucoup sur les actions que l’on mène. Elle se nourrit du succès de ces actions.
  • une composante d’autoévaluation : la façon de nous évaluer influence notre estime de nous-même en l’augmentant ou la diminuant, d’où l’intérêt d’être bienveillant envers soi.
  • une composante émotionnelle : l’estime de soi et les émotions sont en étroites corrélation car elle communique ensemble. En effet une humeur peut influer sur cette notion d’estime.

Changer de point de vue pour s’estimer

Globalement, pour s’estimer, il est important de changer son regard sur soi-même dans les moments propices à une baisse d’estime. On a tendance à trop en attendre de nous, à mettre la barre trop haut. Nous demandons aux enfants de se dépasser, d’être le meilleur à l’école, d’être logique… Cela fait beaucoup, et ce n’est pas étonnant qu’on constate chez les enfants (futurs adultes que nous sommes) une baisse considérable d’estime. La puissance des mots dans ces situations et tant d’autres est impressionnante. Les enfants nous renvoient parfois au fait qu’ils ont besoin d’autonomie pour grandir, agir et ainsi développer leur confiance et estime d’eux-même.

Soyez donc vigilant aux mots que vous employez, qu’ils emploient. Bannissez les “c’est bien”, “ce n’est pas bien”, “tu devrais”, “tu es trop petit”… toutes ces phrases que l’on utilise quotidiennement viennent porter préjudice à l’estime que nous avons de nous-même.

Pour conclure, une bonne estime de soi permet l’action, facilite l’autoévaluation qui sera plus fiable. Elle permet également une stabilité émotionnelle plus importante.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.