l’être en mots : être à l’écoute de son corps

“Les maux du corps sont les mots de l’âme. Ainsi on ne doit pas guérir le corps sans chercher à guérir l’âme”

— Platon —

Être à l’écoute de son corps n’est plus si inné que cela chez l’Être humain. Nous avons tous tendance à laisser le mental prendre le dessus sur le corps. Cette tendance engendre bons nombres de maux car en laissant le mental dominer perpétuellement, nous mettons en sommeil ce que notre coeur et corps ressentent.

Le corps, un messager précieux

Et si notre corps savait exactement ce dont on a réellement besoin ? Être à l’écoute de son corps permettrait alors de voir et d’entendre bien des choses qu’on ignore. Au fil de mes lectures, j’ai pu constater que selon la culture, notre rapport au corps diffère. En effet, dans le monde occidental, nous soignons le symptôme et à chaque symptôme correspond un remède. Dans les cultures chinoises, on voit le symptôme comme un signal d’alarme qui vous amène à réfléchir aux causes et à les soigner. On a alors une vision du corps globale où tout s’entrechoque et se lie.

J’aime à penser que le corps est un cocon dans lequel on vit notre existence, nos expériences. Il est là pour nous permettre de nous exprimer au quotidien aussi bien verbalement que non verbalement. Le corps est le messager de notre Être intérieur. Grâce à lui on ressent le chaud, le froid. Il est composé de milliards de zones sensitives qui permettent de ressentir les choses provenant de l’extérieur mais qui interagissent avec notre intérieur. Pour moi le corps nous permet de communiquer entre qui on est intérieurement et ce qui est extérieur à nous.

Rien n’arrive par hasard

Rien ne nous arrive au hasard. Même si on dit que le hasard fait bien les choses… Regardons les événements un peu autrement. Si vous pensiez différemment. Peut-on réellement être victime du hasard ? Je ne pense pas que tout vient de là. Notre corps et l’extérieur sont en mouvement perpétuel et en échange. Chaque chose à une raison d’être comme chaque événement à une raison de se passer de la sorte. Si nous pensons à cela à chaque fois que quelque chose vient déstabiliser ou stabiliser notre vie, nous chercherons instinctivement la cause. En cherchant cette cause bien souvent subconsciente, nous pourrons ensuite agir sur le symptôme comme je vous en parlais juste avant.

Être à l’écoute de son corps pour être responsable de son destin

Alors êtes-vous à l’écoute de ces messages qu’ils soient grands ou plus petits ? Écoutez-vous vos épaules, votre cou vous crier douleurs ? Notre société nous oblige à passer outre les signaux d’alarme que notre corps nous envoie quotidiennement. N’avez-vous jamais dit : “J’ai mal à la tête… C’est pas grave, je prend un paracétamol et ça ira” ? Nous avons oublié pendant des années de soigner notre corps. Je sais que cela peut paraitre absurde avec tous les médicaments que l’on nous prescrit… Mais pourtant c’est bien ça le problème.

Il existe aujourd’hui beaucoup de méthode inspiré des cultures chinoises qui permettent de retrouver son corps et de l’habiter en pleine conscience. La méthode Feldenkrais, par exemple, est une sorte d’anti-gymnastique qui aide à reprendre conscience de son corps de manière plus sensible, d’apprendre à doser ses efforts de façon plus juste en fonction de ses besoins et de ses limites. La sophrologie permet également de se reconnecter à son corps en prêtant attention aux ressentis corporels des exercices. Ainsi en ressentant corporellement les choses, nous pourront agir sur notre destin, être plus à l’écoute de ce dont on a besoin ou non.

Psychosomatique, un mal non dit

Le terme psychosomatique signifie communément des maux, des symptômes physiques qui trouvent leur origine dans la tête. Les médecins ont tendance à les voir comme des maladies qui sont d’origine psychique. Le malade imaginaire en quelque sorte. En tant que thérapeute, nous avons une autre vision des choses. Nous accueillons quotidiennement des personnes présentant tout types de souffrances. Dans des approches psychocorporelles comme la sophrologie, je privilégie le concept d’énergie. C’est pour cela que je partage avec beaucoup d’autres thérapeutes le terme psychosomatique comme une unité fondamentale du corps et de la psyché. Quand on parle de psychosomatique, il s’agit non pas de la reliure de deux entités (corps et mental) mais plutôt d’un pèle-mêle indissociable au sein d’une personnalité. L’une influence l’autre et inversement. C’est cette unité qu’on appelle psychosoma qui détermine notre santé psychique et physique. D’où l’intérêt d’être plus conscient et d’essayer de vivre mieux, de se construire plutôt que de se détruire. Et pour entreprendre ce mieux-être, il est important d’être conscient de son état psychique et physique.

Un exercice pour être à l’écoute de votre corps

Il est temps de changer de point de vue, de voir et d’être à écoute de son corps différemment. Prenez un court instant. Inspirez et expirez doucement plusieurs fois, et essayez d’entrer en contact avec les zones de votre corps : tête, nuque/cou, dos, épaules, bras, mains, thorax, bassin, jambes, pieds. Ressentez ce qu’elles vous disent. Sentez les zones de tensions, les zones où tout est las. Ce simple contact vous permet d’écouter votre corps, d’accepter ce qu’il vous renvoie comme symptômes, de les accueillir avec bienveillance.

Une fois que vous serez plus à l’écoute de tout ce qui se passe dans votre corps, vous pourrez chercher quelle symbolique est rattachée à ce symptôme et prendre conscience de ce que votre corps vous dit. Mais cela je vous en parlerais lors d’un prochain article. Il y a des choses très intéressantes à dire sur les symptômes que le corps nous soulève.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.